lundi 31 décembre 2012

La Fiancée

©Rudowski/ESIAJ 2012
















Elle résista, affolée, le corps révulsé des pieds à la tête : il la lâcha et descendit lui-même dans la tombe ouverte. Bientôt elle ne vit plus que son bras. Elle reprit quelque peu ses esprits et voulut fuir, mais ses pieds semblaient cloués au sol. La voix de Vania l’appela encore : Viens… Le bras était proche, cherchait à l’agripper. Elle murmura alors, sans même penser à ce qu’elle disait : Attends un instant, que je m’habitue.

— Extrait de « La Fiancée », Légende tsigane —


mardi 25 décembre 2012

Meurtre à Noël

©Rudowski 2012
Noël, période la plus propice pour commettre un meurtre!

Alors que je dessinais tranquillement, je sentis une présence dans mon dos. Je n'eus pas le temps de me retourner que je passai de vie à trépas! Qui a pu faire une chose aussi atroce? Aurais-je vexé une personne sans m'en rendre compte? Maintenant que j'ai toute l'éternité devant moi, je vais élucider ce meurtre, mon meurtre...

Père Noël, prends garde à toi! 

mercredi 19 décembre 2012

La main brune

©Rudowski/ESIAJ 2012
















Il y eut un fracas d’objet brisé, qui retentit à travers la maison ; quand je levai les yeux, l’Hindou avait disparu. L’instant d’après, ma porte s’ouvrait toute grande et sir Dominick faisait irruption dans la salle. Vous n’êtes pas blessé ? cria-t-il. Non, mais fortement désappointé. Il regarda, surpris, les débris de verre et la main brune sur le parquet.

— Extrait de « La main brune », Arthur Conan Doyle, 1912 —


mardi 11 décembre 2012

La gardeuse d’oies à la fontaine

©Rudowski/ESIAJ 2012
















La fille enleva une peau qui couvrait son visage, se pencha vers la fontaine et commença à se laver. Quand elle eut fini, elle plongea la peau dans l’eau de la source, et l’étendit sur l’herbe pour qu’elle blanchit et séchât au clair de lune. Mais comme la fille était changée ! Vous n’avez jamais rien vu de semblable. Quand elle eut détaché sa tresse grise, ses cheveux dorés étincelèrent comme des rayons de soleil et s’étendirent comme un manteau sur toute sa personne.

— Extrait de « La gardeuse d’oies à la fontaine », Jacob et Wilhelm Grimm, 1812 —


lundi 3 décembre 2012

La Mort marraine

©Rudowski/ESIAJ 2012
















Tu vois, dit la Mort, ce sont les cierges de la vie humaine. Les grands appartiennent aux enfants; les moyens aux adultes dans leurs meilleures années, les troisièmes aux vieillards. Mais, souvent, des enfants et des jeunes gens n’ont également que de petits cierges. Montre-moi mon cierge, dit le médecin, s’imaginant qu’il était encore bien long. La Mort lui indiqua un petit bout de bougie qui menaçait de s’éteindre et dit : Regarde, le voici !

— Extrait de « La Mort marraine », Jacob et Wilhelm Grimm, 1812 —


samedi 24 novembre 2012

La belle Hélène

©Rudowski/ESIAJ 2012
















Une fois installée, la vieille Tsigane pensa que ce serait une bonne affaire si elle pouvait remplacer Hélène par sa propre fille. Sa décision fut prise. Comme le Premier ministre dormait, de même que le père d’Hélène, elle profita du passage de la voiture sur un pont pour attraper la jeune fille, lui arracher les yeux et la jeter à la rivière !

— Extrait de « La belle Hélène », Légende hongroise —



jeudi 15 novembre 2012

Cendrillon

©Rudowski/ESIAJ 2012
















L'aînée alla dans sa chambre avec l’escarpin, qu’elle voulait chausser. Sa mère était présente. Mais le soulier était trop petit et le pouce n’y pouvait entrer. La mère s’empressa de lui tendre un couteau : Coupe-le, lui dit-elle; quand tu seras reine, tu n’auras plus besoin de marcher. La jeune fille se coupa l’orteil et enfila son pied dans la chaussure, quelque vive que fût la douleur, puis sortit retrouver le prince.

— Extrait de « Cendrillon », Jacob et Wilhelm Grimm, 1812 —


lundi 5 novembre 2012

Tantale

©Rudowski/ESIAJ 2012
















Il invita tous les dieux à un grand festin. S’apercevant que les provisions de son garde-manger étaient insuffisantes, il découpa son propre fils Pelops en morceaux et le servit à table. Mais les dieux reconnurent la nourriture qui leur était offerte. Ils furent dégoûtés et refusèrent d’y toucher. Seule Déméter, déesse de la fertilité, fortement éprouvée par la mort de sa fille Perséphone, mangea un morceau d’épaule gauche.

— Extrait de « Tantale », Légende grecque —


mercredi 24 octobre 2012

La mariée blanche et la mariée noire

©Rudowski/ESIAJ 2012
















Il lui raconta l’histoire telle qu’elle s’était passée et à la fin lui demanda : Que mérite la femme qui a commis de telles abominations? La sorcière, dans son aveuglement, n’avait pas compris de qui il était question et répondit : Elle mérite d’être enfermée toute nue dans un fût garni de clous pointus et que l’on attache ce fût à un attelage et que cet attelage soit lancé à toute allure. Et c’est ainsi qu’on les traita, elle et sa fille noire.

— Extrait de « La mariée blanche et la mariée noire », Jacob et Wilhelm Grimm, 1815 —


mercredi 17 octobre 2012

vendredi 12 octobre 2012

La gardeuse d’oies

©Rudowski/ESIAJ 2012
















Il y avait dans la ville une porte très grande et pleine d’ombre qu’elle devait franchir matin et soir avec ses oies. Elle pria l’écorcheur d’y clouer la tête de Falada afin qu’elle puisse le voir une fois encore. L’homme fit la promesse, emporta la tête et la cloua sous la sombre porte.

— Extrait de « La gardeuse d’oies », Jacob et Wilhelm Grimm, 1815 —


mardi 2 octobre 2012

Les trois langages

©Rudowski/ESIAJ 2012
















Ce garçon n’est plus mon fils. Je vous ordonne de l’emmener dans la forêt et de le tuer. Les serviteurs emmenèrent le garçon dans la forêt, mais au lieu de le tuer, ils le laissèrent partir. Ils tuèrent un faon et lui coupèrent les yeux et la langue qu’ils portèrent au vieux seigneur pour lui faire croire que son fils était mort.

— Extrait de « Les trois langages », Légende russe —



lundi 24 septembre 2012

Apparition

©Rudowski/ESIAJ 2012
















Peignez-moi, oh ! Peignez-moi, cela me guérira; il faut qu’on me peigne. Regardez ma tête… Comme je souffre; et mes cheveux comme ils me font mal ! Ses cheveux dénoués, très longs, très noirs, me semblait-il, pendaient par-dessus le dossier du fauteuil et touchaient la terre.


— Extrait de « Apparition », Guy de Maupassant, 1884 —


vendredi 14 septembre 2012

La terrible bête du Gévaudan

©Rudowski/ESIAJ 2012
















La Bête a la taille d’un veau, le poil rougeâtre, rayé de noir sur l’échine. Les oreilles sont pointues, plus courtes que celles d’un loup et sa gueule, hérissée d’une rangée de dents formidables, acérées comme des pieux. Épouvantable animal : à l’affût, il a, dit on, l’allure d’un tigre. Ramassé sur lui-même, il bondit sur ses proies en fouettant furieusement l’air de sa queue. Personne n’ose plus sortir des villages, hormis les hommes armés de fusils, qui traquent inlassablement la Bête monstrueuse.

— Extrait de « La terrible bête du Gévaudan », Légende languedocienne —


jeudi 6 septembre 2012

Gravure linoleum et bois - Premiers tests

Gravure sur linoleum

©Rudowski 2012


Gravure sur bois

©Rudowski 2012

©Rudowski 2012


vendredi 31 août 2012

La petite Sirène

©Rudowski/ESIAJ 2012
















Mais si tu prends ma voix, demanda la petite sirène, que me restera-t-il ? Ta charmante figure, répondit la sorcière, ta marche légère et gracieuse, et tes yeux expressifs : cela suffit pour entortiller le coeur d’un homme. Allons ! du courage ! Tire ta langue, que je la coupe, puis je te donnerai l’élixir. Soit ! répondit la princesse, et la sorcière lui coupa la langue. La pauvre enfant resta muette.

— Extrait de « La petite Sirène », Hans Christian Andersen, 1876 —


jeudi 23 août 2012

La Tête Enchantée

©Rudowski/ESIAJ 2012
















À sa grande stupéfaction, la princesse réagit tout autrement, disant à son père qu’il devait tenir sa promesse, qu’elle voulait épouser la tête parce qu’elle lui plaisait, et qu’elle l’aimait, même… Le sultan dut consentir au mariage, contraint et forcé. Le jour de la cérémonie, les invités pleuraient de tristesse à la pensée d’une telle alliance entre une si belle princesse et une tête coupée…

— Extrait de « La tête enchantée », Légende turque —



mercredi 15 août 2012

Le Maître Chat

©Rudowski/ESIAJ 2012
















On m’a assuré, dit le Chat, mais je ne saurais le croire, que vous aviez aussi le pouvoir de prendre la forme des plus petits animaux, par exemple de vous changer en un rat, en une souris; je vous avoue que je tiens cela tout à fait impossible. Impossible ! reprit l’ogre; vous allez voir. Et en même temps il se changea en une souris, qui se mit à courir sur le plancher. Le Chat ne l’eut pas plus tôt aperçue, qu’il se jeta dessus et la mangea.


— Extrait de « Le Maître chat », Charles Perrault, 1695 —

dimanche 5 août 2012

Le Chat, l'Huissier et le Squelette

©Rudowski/ESIAJ 2012
















Le lendemain, au dernier coup de six heures, j’entendis un léger frôlement dans les rideaux de mon lit, et, au point d’intersection qu’ils formaient dans la ruelle contre la muraille, j’aperçus un squelette. Je me levai, je fis plusieurs tours dans ma chambre; la tête me suivait dans toutes mes évolutions. Les yeux ne m’abandonnèrent pas un instant; le corps demeurait immobile.

— Extrait de « Le Chat, l’huissier et le squelette », Alexandre Dumas, 1849 —


jeudi 26 juillet 2012

Blind Mag - Repo! The Genetic Opera

©Rudowski 2012
















Blind Mag du film opera rock "Repo! The Genetic Opera"

Affiche du film - {Lien}
Blind Mag - {Lien}



dimanche 22 juillet 2012

Le Roi des Corbeaux

©Rudowski/ESIAJ 2012









Roi des corbeaux, dit-il, aucune de mes filles ne veut de toi. Alors le corbeau entra dans une colère terrible. D’un coup de bec, il creva l’oeil que l’homme vert avait au milieu du front et s’envola dans la brume. L’homme vert se mit à crier et ses filles arrivèrent en courant.

— Extrait de « Le roi des corbeaux », Légende gasconne —


vendredi 13 juillet 2012

Les Sept Corbeaux

©Rudowski/ESIAJ 2012








La porte était fermée à clé et elle voulut sortir l’osselet du torchon; mais quand elle avait perdu le cadeau des bonnes étoiles. Que faire maintenant? Elle voulait sauver ses frères et n’avait plus la clé de la montagne de glace. La bonne petite soeur prit un couteau, se coupa un petit doigt, le mit dans la serrure et parvint à l’ouvrir.

— Extrait de « Les Sept Corbeaux », Jacob et Wilhelm Grimm, 1812 —



mardi 3 juillet 2012

Peau d'Âne

©Rudowski/ESIAJ 2012
















Ma chère fille, je suis désolée. Ton père est obstiné. Mais nous allons maintenant le mettre à terrible épreuve. Tout décidé qu’il soit à t’épouser, je doute qu’il accepte la demande que je te conseille de lui faire : exige la peau de cet âne qu’il aime tant et qui est la source de sa richesse. Va, et ne te tourmente plus.

— Extrait de « Peau d’Âne », Charles Perrault, 1694 —


dimanche 17 juin 2012

Jury TFE 2011/2012

©Rudowski/ESIAJ 2012


©Rudowski/ESIAJ 2012


©Rudowski/ESIAJ 2012


©Rudowski/ESIAJ 2012


©Rudowski/ESIAJ 2012


©Rudowski/ESIAJ 2012




Il est encore temps de venir visiter l'exposition des 3ème illustration 2D de l'HEAJ, ça se passe au théâtre de Namur jusqu'au 20 juin !!

©ESIAJ 2012

lundi 21 mai 2012

TFE 2010/2011 - Crow (projet avorté) - Scènes

©Rudowski/Wilmus/HEAJ 2011


©Rudowski/Wilmus/HEAJ 2011


©Rudowski/Wilmus/HEAJ 2011


©Rudowski/Wilmus/HEAJ 2011


©Rudowski/Wilmus/HEAJ 2011


lundi 14 mai 2012